mander

Grace s'est enfuie de Dogville grâce à son père et ses gangsters, mais à cause d'un contretemps, ils doivent faire halte en Alabama, devant la plantation de Manderlay. Soudain, une ouvrière vient demander de l'aide car un certain Timothy, esclave de sa nature, va subir les fouets ... Grace va devoir faire face à un endroit étant un siècle en retard, où l'esclavagisme règne encore, et va tenter de changer cela ...

Deuxième volet de la trilogie dite "USA - Land of Opportunities" de Lars Von Trier, à ce jour inachevée, Manderlay garde le concept de décor minimal mais change d'actrice. Nicole Kidman, pour des raisons d'emploi du temps (Et peut-être aussi le fait que Björk lui aie dit que Von trier allait manger son âme ... véridique!) cède sa place à Bryce Dallas Howard, et il faut avouer qu'elle s'en sort honorablement. Le jeu de l'actrice est sans failles, sans tomber dans la facilité. Une excellent performance.

Mais alors, est-ce le même film, mais plus court et avec une actrice différente? Pas du tout. Il n'y a aucune redite. Au contraire, Manderlay pousse plus avant. Ici, c'est le fait d'arriver pour régler un souci. Grace, à la vue du sort des noirs de Manderlay, est scandalisée et veut absolument redonner à ces hommes la liberté. "On les a faits, c'est de notre faute" rétorque-t-elle à chaque fois. Mais ceci ne va pas se faire sans encombre.

Ici, on parle d'imposer la liberté. Evidemment, on peut faire le parrallèle avec le conflit en Irak, mais plus généralement, Von Trier évoque le fait d'instaurer chez les autres ce qui est "bon", du moins de nos points de vue. C'est un paradoxe politique, évidemment, mais aussi social. Un exemple maladroit : certains croyants sont persuadés que les athées ou les agnostiques sont hors du chemin et veulent absolument les sauver car sinon, pour eux, ils iront en enfer, et ce jusqu'à devenir relativement obsédés par cette quête. Mais ne serait-ce pas aussi pour se donner bonne conscience auprès de leur Dieu, ne serait-ce pas intéressé?

Dans Manderlay, on se pose également la question : Grace veut aider les esclaves de Manderlay à recouvrer leur liberté, mais n'est-ce pas plutôt pour se donner bonne conscience après les évènements de Dogville? Là est le problème exposé par ce film, et le final, absolument ahurissant de brio, est à l'avenant.

Au final, Manderlay est une suite que je considère comme meilleure que la précédente, tant le scénario est pointu, passionnant, tant la mise en scène est brillante et tant la distribution (Qui comprend quand même Lauren Bacall, Willem Dafoe Danny Glover, Isaach de Bankolé puis les habitués Udo Kier et Jean-Marc Barr notamment) délivre une prestation excellente.

Grand film de la part de LVT. Encore. Oui, je sais, je suis chiant avec ça mais c'est mon ressenti, et aux dernières nouvelles, c'est mon blog, je fais ce que je veux, non mais ...

Manderlay : 19/20

De Lars Von Trier

Avec : Bryce Dallas Howard, Isaach de Bankolé, Danny Glover, Willem Dafoe ...

2006

Interdit aux moins de 12 ans.