kes

Billy Casper vit dans les quartiers ouvriers, mène une vie dure entre son boulot de livreur de journaux, son frère qui le martiryse et l'école, où il doit subir les brimades de ses professeurs et de ses camarades. un jour, il se découvre une passion, la fauconnerie, et décide d'élever un faucon entre ses heures : il se nommera Kes.

En 1969, le cinéaste anglais Ken Loach lancera sa carrière avec un film bouleversant, qui suit les déboires d'un jeune garçon tentant de s'en sortir. Ce film est la quintessence du "style Loach", celui qui transparaîtra dans sa carrière à suivre. Un cinéma proche des petites gens, un cinéma social, engagé et sans artifices.

Sans aucun temps mort, ce film déroule les moments les plus durs (Notamment une scène dans les vestiaires de l'école, où le professeur de sport, ayant perdu son match car Billy n'était pas bon, ouvre le robinet des douches au plus froid, par pure vengeance ; ou quasiment toutes les scènes avec son frère) mais aussi l'évolution que lui apporte l'élevage de Kes, ce qui attirera même l'attention d'un de ses professeurs. Alors que beaucoup considèrent Billy comme un incapable, on se rendra compte qu'il a une soif de connaissance que certains ne peuvent absolument pas comprendre, son frère en particulier.

Drame hyper réaliste, joué à la perfection par David Bradley (Rien à voir avec celui qui jouera dans la saga Harry Potter ou, pour relever le niveau, dans Another Year), 16 ans à l'époque, réalisé par un Ken Loach au sommet de son art et une distribution d'inconnus au poil. Ce film est excellent d'un bout à l'autre, parfois cruel, mais toujours réel. Bouleversant.

Kes : 18.5/20

De Ken Loach

Avec : David Bradley, Freddie Fletcher ...

1969

Tous publics.